Entretien avec Eric le 22 mai 2002 (par Huggy)

KEMET est un brillant jeune groupe dont le premier album "Dying With Elegance" lui a permis de se faire une place au sein des formations de l'Hexagone à suivre de près. Son chanteur aux multiples facettes, Eric, nous en dit plus sur le pourquoi et le comment de la formation lyonnaise.


Eric1. Salut Eric, merci pour le temps que tu vas consacrer à cette interview.
Question habituelle, quel bilan tires-tu du parcours de KEMET jusqu'à aujourd'hui ? Es-tu satisfait de l'accueil de ton travail par les professionnels, la presse et surtout le public ? Quel regard portes-tu sur "Pieces" et "Dying With Elegance" avec le recul ?

Je suis assez content du chemin déjà parcouru. Notre première démo "Pieces" et notre premier album "Dying With Elegance" ont tous deux été très bien perçus par la grande majorité de nos contacts et nous recevons fréquemment des témoignages de personnes appréciant notre travail. C'est très encourageant et flatteur. J'en profite d'ailleurs pour remercier tous nos contacts pour leur soutien.

Nos deux premiers disques sont assez différents, je trouve :
"Pieces" s'inscrivait dans une démarche très underground. Il est sorti alors que nous venions de former KEMET depuis six mois seulement.
J'ai longtemps boudé cette première démo. Aujourd'hui j'en suis plutôt fier car nous venions de tracer les premières esquisses de notre style.
Nous étions à l'époque influencés par des styles extrêmes et je pense que nous mettions de côté plus ou moins intentionnellement toute influence qui pouvait sortir de ce cadre. Nous avions nos limites techniques, mais là n'était pas l'important : nous avions beaucoup à extérioriser, il était essentiel de le faire de manière brute.

"Dying With Elegance" est sans conteste plus varié, car nous nous sommes permis plus de libertés créatives.
Je trouve que l'intérêt premier de ces deux disques est qu'ils sont "entiers" : ils ont tous deux été enfantés en peu de temps et sans artifice. Je pense que c'est pour cela que chaque titre transpire l'urgence, ce qui leur confère un aspect presque romanesque.
La force de ces morceaux est à mon sens qu'ils n'ont pas besoin d'une surproduction pour se montrer efficaces.
Ce fait d'urgence implique certainement des manquements. Mais aujourd'hui nous trouvons beaucoup de charme à ces petits "défauts".

2. Quel est le but de KEMET ? La musique est-elle pour vous un médium d'expression artistique uniquement ou la vie de musicien est-elle un moteur qui vous fait avancer ? Rêvez-vous de vivre de votre musique ?

A titre personnel, KEMET est devenu un besoin, une force motrice qui me permet de garder la tête en dehors de l'eau. KEMET a évolué et évoluera encore, mais restera toujours un groupe à forte charge émotionnelle parce que ce besoin d'expression fait partie intégrante de nos personnalités. L'argent n'entre donc pas dans le cadre de nos convictions premières... Bien sûr, vivre de sa musique induit un style de vie qui nous plairait certainement, mais ce n'est pas là que se situe le nerf de guerre de KEMET.

3. Il me semble que la scène française se développe en quantité et en qualité depuis quelques années. Partages-tu mon avis ? Penses-tu qu'il existe une spécificité de cette scène, au même titre que la scène suédoise, norvégienne ou allemande par exemple ? Entretenez-vous des rapports avec d'autres groupes nationaux ?

Je ne suis plus un spécialiste de la scène métal en général. J'avoue avoir pris un peu de distance avec elle car je la trouve en ce moment bien monotone… Serai-je encore un de ces nostalgiques du bon vieux temps ?
Par contre, je suis d'accord avec toi, il semblerait que la surprise puisse venir de chez nous : j'avoue être de plus en plus souvent étonné par la qualité des nouvelles formations françaises (tous styles metal confondus).

Plus proche de nous encore, je trouve que la scène "Gothic/Dark" commence sérieusement à faire parler d'elle.
On assiste à une véritable solidarité entre les groupes (autour d'associations comme Epsilon par exemple) et des projets fédérateurs semblent enfin voir le jour. ANTHEMON, AKIN, DYING TEARS, THE OLD DEAD TREE… ce sont des noms qui ne sont plus inconnus du public. Bientôt la "french touch" Gothic-Metal ?

4. Je trouve la musique de KEMET proche - sans trop l'être non plus - de celles d'IN THE WOODS et de FORBIDDEN SITE, pourtant il s'agit de groupes dont aucun membre de KEMET ne revendique l'influence. Ecoutez-vous ces groupes et ces comparaisons te semblent-elles justifiées ?

Pour être honnête avec toi, nous ne connaissons IN THE WOODS que de nom, mais comme tu n'es pas le premier à en faire illusion en parlant de la musique de KEMET, je vais être obligé de jeter une oreille dessus !
Quant à FORBIDDEN SITE, je crois sincèrement que ce groupe aurait du sortir du semi-anonymat dont il a été victime. Je trouve que c'est une rare formation qui a réussi à se forger une vraie personnalité musicale et qui aurait pu avoir des prétentions internationales avec un peu plus de soutien et de moyens. Après, il est vrai que leur univers était peut-être un peu trop hermétique…

Je trouve bizarre qu'on nous compare à eux, parce qu'à mon sens, ils avaient une approche moins "progressive" que la nôtre et leur influence Black Metal était bien plus marquée. La comparaison est sans doute en partie due à nos influences Gothiques et romantiques communes et certains chants en français. Peut-être également pour le travail des textes et les émotions recherchées par nos deux groupes.
En tout cas, nous avons déjà partagé la même affiche lors d'un concert à Grenoble, et cela reste un bon souvenir. Nos chemins se sont également croisés lors de l'enregistrement de "Pieces", car c'est leur ancien guitariste qui a réalisé l'enregistrement des guitares de la démo.

Eric & Guillaume5. Vous êtes actuellement à la recherche d'un nouveau label, après avoir sorti votre album chez Deadsun Records. Pourquoi avoir cessé de collaborer avec ce label ? Avez-vous d'ors et déjà bénéficié de réponses encourageantes ?

En fait Deadsun a été pour nous un excellent tremplin : il nous a permis de sortir "Dying …" et par la même de l'anonymat. On a ainsi pu enfin voir notre disque dans les bacs de la FNAC par exemple ! Ils ont fait tout ce qu'ils ont pu pour nous et du mieux qu'ils ont pu sans aucune contrainte d'ordre artistique.
Par contre, je dirais que nous avions un problème de "ciblage" avec Deadsun qui est avant tout un label extrême. C'est ainsi que par exemple, KEMET s'est retrouvé au sein de compiles 100% brutal death !
Nous avons aujourd'hui d'autres pistes de collaboration encourageantes mais il me semble prématuré d'en parler…

6. Le livret de "Dying With Elegance" te crédite en tant que parolier, mais c'est le groupe dans son intégralité qui est crédité comme compositeur. Travaillez-vous réellement en collégialité ? Comment se passe la composition et l'écriture des textes chez KEMET ?

Il est vrai que pour l'instant je signe tous les textes, mais je dirai que c'est un peu par la force des choses. Je n'ai jamais imposé mon écriture aux autres, cela s'est fait naturellement. Comme tout le reste d'ailleurs. Nous avons toujours travaillé en tant que groupe et non d'individualités, pris chaque décision en se concertant, et pour l'instant c'est une formule qui permet à notre musique de n'en ressortir que plus riche.
Ce qui est vraiment intéressant c'est que chacun ne se cantonne pas à son propre instrument. Nous pratiquons tous plusieurs instruments, il est donc tout à fait naturel pour chacun de formuler des propositions sur le jeu des autres et ainsi s'engager dans le processus de composition globale.
Disons que la base musicale est d'abord apportée par les guitares, puis la structure et les arrangements sont façonnés ensemble.
Depuis "Dying …", nous avons également programmé des séquences électroniques et composé des lignes de clavier sur les nouvelles compositions.

7. Quelles sont les relations entre les membres de KEMET ? Etes-vous des amis ? Des changements de line-up sont intervenus en début d'année 2002, pour quelles raisons ?

Bertrand et Gilles (respectivement ex-batterie et ex-guitares) ont en effet quitté le groupe il y a quelques mois. KEMET commençait a prendre trop d'importance dans leur vie. Ils n'étaient plus prêts à investir le temps et l'énergie que demandait le groupe.
Ce départ n'a pour autant pas ralenti nos projets, leur remplacement s'étant fait dans la semaine même de leur départ!

Serge (batterie) et Christophe (guitares), les nouveaux venus se sont quant à eux, complètement intégrés. Nous nous sommes tous très vite bien entendu.
Ils sont techniquement au top et ont très bien assimilé l'univers KEMET pour lui apporter leur propre touche. Ils ont réellement su imputé un souffle nouveau au groupe et faire oublier l'ancienne formation. Tout va réellement très vite depuis leur arrivée : l'enregistrement du prochain album composé avec eux est prévu pour cet été !

KEMET n'est pas seulement un groupe, c'est également une grande aventure humaine : nous nous voyons tous fréquemment en dehors de notre activité musicale. Des amis unis autour d'une passion commune en somme !

8. Je trouve la musique de KEMET très riche, une qualité énorme pour moi, mais aussi un défaut pour d'autres qui ne souhaitent pas forcément consacrer 10 écoutes à un disque avant de l'apprécier pleinement et de pouvoir le fredonner. Que réponds-tu à ça ? La richesse de la musique de KEMET est-elle consciente ? Es-tu d'accord avec moi si je dis que votre travail est peut-être un peu trop intellectuel pour le public Metal en général ?

Tu n'es pas le premier à nous faire cette remarque. C'est vrai qu'à travers KEMET, nous essayons (consciemment ?) de toujours repousser les limites de notre réflexion, et cela se traduit souvent par des arrangements complexes, des structures musicales alambiquées et des textes introspectifs. Il est sûr qu'on est très loin de la structure couplet-refrain que d'aucun attendent.
Mais ce n'est pas ce que nous recherchons. Pour nous KEMET ne doit pas pondre des morceaux "kleenex" que l'on jette au bout d'une écoute. Il faut que chaque écoute soit une nouvelle découverte… même pour nous !
Je n'aurai pour autant pas la prétention de nous qualifier de groupe intellectuel.
Le metal est un style victime de ses poncifs et de l'image qu'on lui donne, je trouve intéressant de porter le débat un peu plus haut que les luttes entre dragons et preux chevaliers.

9. Si je ne me trompe, les membres de KEMET sont assez expérimentés. Tu as toi-même traversé pas moins de 7 groupes. As-tu trouvé ta "maison" avec KEMET ? Te sens-tu libre de t'exprimer à ta guise ? Comment t'es-tu retrouvé dans ce groupe et pourquoi as-tu quitté les autres ?

Nous avons en effet tous officié dans d'autres formations au préalable. Ce qui est intéressant, c'est que nous venons d'univers très variés : nous avons fait partie de formations Death, Black, Doom, Heavy et même Pop-Rock ou Hardcore !
C'est aussi ça je pense qui fait la variété de notre style.
Pour mon cas particulier, par le passé, j'ai toujours été au sein de plusieurs formations en même temps. Et si j'ai quitté les précédentes, c'est surtout parce qu'elles ont splitté !
La seule encore en vie est "Naïve Ex Coma", qui est en fait un projet parallèle que nous menons Vincent (guitariste de KEMET) et moi-même. Une expérience musicale située quelque part entre Electro, Rock Gothic et Metal. Nous avons déjà quelques morceaux enregistrés pour une éventuelle démo. Dès que nous aurons un peu plus de disponibilités, nous essaierons de nous pencher plus activement dessus.
Pour revenir à ta question, je pense en effet avoir trouvé ma "maison" avec KEMET au sein duquel je bénéficie, comme les autres, d'une totale liberté d'expression.
Mon entrée dans le groupe est en fait un accident. Avant que KEMET ne devienne KEMET, j'avais rencontré le reste de la formation qui était à la recherche d'un vocaliste. A l'époque, mes influences étaient très différentes des leurs mais c'est pourtant de ce mariage contre nature qu'est né KEMET !

10. D'un point de vue textuel, l'avis des autres membres de KEMET a t'il une influence sur ta façon d'écrire ? Tes textes sont-ils soumis à l'approbation des autres où te laissent-ils le champ complètement libre ?

Comme je te l'ai dit dans une question précédente, pour l'instant j'écris tous les textes. J'ai en effet totale latitude pour m'exprimer. Les autres sont très bons publics car ils n'ont jamais eu d'objection quant aux thèmes abordés ou à mon style ! Pour l'instant cette formule fonctionne très bien, mais rien ne laisse présager qu'il n'y aura pas de textes signés par un autre membre du groupe sur le prochain album. J'interviens dans le processus de composition, pourquoi les autres n'interviendraient-ils pas au niveau des paroles ?

11. Etes-vous parfois surpris par vos propres compositions ? Celles-ci sont-elles planifiées ou résultent-elles parfois du hasard ou de concours de circonstances ?

Au départ, nous composons toujours de manière intuitive et sans idée précise, tout se met en place par la force de choses. C'est seulement dans un second temps que nous repensons chaque riff et enchaînement un à un. Il n'est pas rare d'ailleurs, qu'une fois le morceau terminé, il passe directement à la trappe, ou qu'il soit entièrement repensé selon une approche complètement différente.
C'est une façon pointilleuse et éprouvante de travailler, mais c'est le seul moyen pour nous d'être satisfait du "produit fini" : nous mettons un point d'honneur à rentrer dans les détails les plus reclus des morceaux pour parfaire les harmonies, arrangements et structures au maximum.

12. Comment décrirais-tu la musique de KEMET à quelqu'un qui ne la connaît pas ? Quelle étiquette peut-on vous coller et quelle étiquette réfutes-tu ?

Je ne pourrai réfuter aucune étiquette car ce qui caractérise notre musique, c'est son aspect multi-facettes. Des chroniqueurs ont récemment qualifié KEMET de "spleen metal". Je trouve cette appellation assez intéressante, parce que le fil directeur de nos compositions est vraiment l'émotion. Si je devais décrire notre style en quelques mots, je dirai que nous pratiquons un Dark-Metal émotionnel et sans limite.

13. Eric, d'où vient ton intérêt pour la musique ? Qu'est ce qui t'a donné envie d'en faire toi-même ? Qui sont tes héros musicaux ? Y a t'il un artiste avec lequel tu aimerais collaborer ?

Lorsque j'ai basculé dans la musique, je pense que je devais être en pleine crise d'adolescence ! A l'époque, je trouvais refuge dans mes cassettes mal enregistrées de groupes mal accordés. C'est ce dont surnaturel qu'avaient mes idoles Punk ou Glam de l'époque à me projeter loin de la réalité étouffante du quotidien qui m'a donné envie à mon tour de pratiquer activement la musique.
J'écoute beaucoup de musique, de styles variés. Je serais par conséquent incapable de compter tous les gens dont j'admire le talent mais je dirai que la sensibilité de l'artiste dont je me sens le plus proche est celle de Jeff Buckley.
J'aime son travail mélodique autant que ses prouesses techniques (vocales et guitaristiques). Je pourrai également te citer les voix des écorchés vifs Nick Cave, Perry Blake, Robert Smith, Thom Yorke…

Ce sont des voix très émotionnelles posées avec brio sur des musiques aux textes souvent très bien sentis. Chose malheureusement souvent rare dans la sphère metal !
Je trouve intéressant et original de m'inspirer de ces artistes quand je travaille moi-même pour KEMET.
Dans la sphère metal, les deux groupes qui m'ont le plus fait vibrer ces derniers temps sont KATATONIA et ANATHEMA qui ont tout deux signés des œuvres magistrales l'année dernière.

14. Y a t'il un artiste avec lequel tu aimerais collaborer ?

Il y a des foules de gens avec qui j'aimerai collaborer ! Nous avons déjà fait appel au chanteur de THE OLD DEAD TREE et à la chanteuse d'AKIN pour des apparitions sur notre prochain album.
Mais je n'ai rien non plus contre les aventures extra-KEMET ! C'est toujours très enrichissant de travailler même très ponctuellement avec d'autres artistes, quelque soit leur couleur musicale.

Kemet15. Autre question rituelle, en quoi es-tu intéressé en dehors de la musique ? Que fais-tu dans la vie, en dehors de KEMET ? Ton métier, tes loisirs ?

Aucune autre occupation ne prend autant de place dans ma vie que la musique. Lorsque je ne suis pas en train de jouer, de composer ou d'écrire, c'est que je suis en train d'en écouter !
Sinon, je travaille dans la communication, situation plutôt cocasse : j'aide les autres à faire ce que j'ai tant de mal à appliquer pour moi : parler de soi en bien!

16. Quelles satisfactions as-tu éprouvé grâce à KEMET, sur un plan personnel ? Que t'apporte le groupe ?

KEMET m'offre un exutoire vital et une formidable expérience humaine.
Il me permet également de repousser mon point de limite émotionnel grâce à l'énergie que j'investis dans la musique.

17. Et si ce n'était pas KEMET, s'agirait-il des mêmes satisfactions ?

Je crois que si je ne faisais plus partie de KEMET, je remonterai une formation qui aurait cette même démarche de placer l'émotion au premier rang de ses objectifs de composition. C'est vraiment essentiel pour moi.

18. Quel regard portes-tu sur le business de la musique d'aujourd'hui ? Que penses-tu des MP3 et du net ? Et par rapport à KEMET ?

Tout cela me paraît bien loin, KEMET se trouvant tellement en marge de ce business !
Quant aux nouvelles technologies, elles évoluent sans cesse et c'est tant mieux ! Je sais que pour KEMET par exemple, notre site Internet a été un très bon vecteur de communication qui nous a permis de nombreux contacts.
Mais le web et le mp3 font aussi le bonheur des mélomanes peu scrupuleux !
Je ne pense pour autant pas que ce soit aux consommateurs de se priver de ces nouveaux moyens de découverte mais plutôt aux majors d'utiliser à bon escient leurs artilleries marketing pour s'adapter à cette nouvelle donne. A eux de trouver le moyen pour que les gens préfèrent acheter le disque qui leur fait envie, plutôt que de le pirater en deux clics de souris.

En ce qui me concerne, je suis un grand consommateur de musique. Ma collection commence à être importante, mais le très peu de CD gravés que tu trouveras chez moi, sont finalement des CD que je n'écoute jamais et qui prennent la poussière. Par conséquent, des CD que je n'aurai jamais acheté !

19. Es-tu réactif par rapports aux événements politiques en France ? Es-tu un citoyen "concerné" ou vis-tu les agitations d'une manière plus passive ? "Mondialisation" est un mot qui semble être devenu à la mode, que représente-t-il à tes yeux ? As-tu une opinion sur l'état de santé de la culture, qu'elle soit mondiale, européenne ou française ?

Je me sens très concerné par l'actualité économique, politique et sociale en général. Comment faire autrement ?
Pour moi la mondialisation est à la fois inévitable et dangereuse. Elle est un moteur économique évident dans la course à la technologie que traverse notre époque, mais elle représente aussi un danger d'uniformisation des comportements de consommation et par conséquent des modes de vie mêmes !
Je pense que ce contexte de mondialisation phagocyte petit à petit les particularités locales et représente un vrai fléau pour l'originalité et les initiatives sous-représentées. Les petits disparaissent un à un au profit d'une pensée unique, formatée à l'échelle mondiale au nom d'un libéralisme cupide.

Désolé pour mon pessimisme et la noirceur de mes propos, mais je pense également que l'état de santé de la culture est au plus bas. Tant que les médias feront la part belle à la culture mort-née et pré-digérée, ça ne peut aller qu'en empirant. C'est là aussi une résultante de la mondialisation et de ses empires multinationaux qui prétendent œuvrer au profit des artistes : on assiste à un réel lissage des sensibilités et des goûts artistiques en général.

Tant que les annonceurs dicteront les lois des médias, la culture de masse se résumera toujours à une pollution des ondes par des bimbos-VRP-simili-chanteuses dont le seul talent se trouve au fond de leur string et une omniprésence sur la toile de films hollywoodiens tournés en 24 explosions/seconde.
Je suis très inquiet. Je conseille à tout les parents de France et d'ailleurs de cacher à leurs enfants cette dure réalité culturelle avant que l'humanité toute entière ne soit complètement abrutie dans les générations à venir…

Eric & Serge20. Quelles sont tes sources d'inspiration pour l'écriture ? En dehors de la musique, les arts peuvent-ils voir une quelconque influence sur tes textes ?

Le cinéma et mes lectures ont une influence importantes sur mon style. J'apprécie particulièrement les textes qui suivent une trame narrative à la manière de nouvelles. Mais mon influence principale vient tout de même de mes expériences personnelles : Beaucoup des textes de KEMET sont nés de rêves, de rencontres ou d'expériences … toujours douloureux.

21. Aimes-tu jouer live ? Quels sont les différences de sensations selon toi, entre jouer sur scène et rester en studio pour enregistrer ?

Ce n'est pas comparable : le studio est une étape contraignante qui demande rigueur et concentration. Le live, lui, te permet enfin de jeter en pâture ce que tu as eu tant de mal à enfanter. Et dès lors, tout peut arriver ! Même si tout est programmé d'avance, le groupe ne contrôle plus l'émotion qu'il dégage.
Ajoutés à cela, l'influence du public et le stress et c'est là que KEMET prend sa réelle dimension : dans un son brut, dans les aléas du direct, quand la technique n'a plus d'importance et que seul compte l'incandescence du moment.

22. Comment la musique de KEMET va-t-elle évoluer ? Je sais que le groupe a déjà ajouté quelques nouveaux titres à son répertoire, quelles en seront les différences avec ceux de "Dying With Elegance" ?

En fait, nous avons déjà assez de matière pour un nouvel album. Nous allons également travailler sur une reprise.
Les nouveaux morceaux s'inscrivent dans la continuité de "Dying …" mais de nombreux éléments sont venus se greffer : nous utilisons désormais l'électronique pour composer : séquences de clavier et samples font leur apparition sur les nouveaux titres.
Les chœurs féminins seront quant à eux assurés par Adeline, la chanteuse d'AKIN.
Les nouveaux textes ont également évolué vers un style plus intemporel et personnel.

J'ai hâte que l'album sorte car j'aime particulièrement ces nouvelles compos au style très affirmé. La recherche émotionnelle a été poussée encore plus loin et nous avons globalement accéléré le tempo des nouveaux morceaux. Nous avons également accentuer notre feeling "Rock".

23. Enfin, qu'aimerais-tu qu'on dise de KEMET dans une petite dizaine d'année ? Et de toi ?

J'aimerai qu'on dise que KEMET a été un groupe sincère qui a su au fil des albums élaborer un style personnel pour finalement ne ressembler à aucun autre. Et pour quoi pas un jour, influencer à notre tour une nouvelle scène ?
Pour ce qui me concerne, j'aimerais qu'on dise que j'ai bien fait mon job de chanteur, tout simplement.

24. Merci d'avoir répondu ! Un dernier mot ?

C'est moi qui te remercie pour cette interview très intéressante et complète. La scène metal française a besoin de gens passionnés comme toi. J'espère avoir répondu convenablement à tes attentes. J'invite les lecteurs à visiter notre site www.kemet.fr.fm et signer notre livre d'or. Préparez-vous pour la sortie de notre nouvel album "The Night Before" prévu pour septembre. Merci encore et n'oubliez pas de toujours faire passer la passion avant la raison.

efiorletta@free.fr
http://www.kemet.fr.fm

Kemet

Accédez aux chroniques de KEMET

Toutes les images/logo de KEMET sont la propriété du groupe.

Back