Agathodaimon - "Blacken The Angel"
Germany - 1998 - Nuclear Blast - 61'01

1. Tristetea Vehementa - 8'11
2. Banner Of Blasphemy - 5'47
3. Near Dark - 15'37
4. Ill Of An Imaginary Guilt - 4'19
5. Die Nacht des Unwesens - 3'40
6. Contemplation Song - 2'26
7. Sfintit Cu Roua Suferintii - 4'44
8. Stingher / Alone - 4'26
9. After Dark - 4'26
10. Ribbons / Requiem - 7'21

Line-up :
Akaias : vocals
Hyperion : guitars
Sathonys : guitars
Marko T. : bass
Marcel Vampallens : keyboards
Matthias R. : drums

AGATHODAIMON s'adresse aux vrais amateurs et connaisseurs de Black Symphonique et Mélodique, mais aussi à ceux qui aiment les musiques romantiques axées sur des bases sombres et tristes voire à la limite du désespoir. Le groupe s'est formé en septembre 1995 sous l'égide de Matthias (batterie) et de Santhonys (Guitare) rapidement rejoins par Marko (basse) et Vlad (Vocaux et Claviers) puis deux mois plus tard par Hyperion (Guitare). Le groupe enregistrera sa première démo "Carpe Noctem" en avril 1996. Celle-ci sera très remarquée par les magasines de metal d'outre Rhin mais aussi par des labels dont le plus enthousiaste fût alors Century Media. Par la suite, ils sortiront leur seconde démo nommée "Near Dark" en mars 1997 qui leur permettra d'être sollicités par plusieurs labels. Malheureusement pour Century Media, ce sera Nuclear Blast qui raflera la mise en les signant vu que leur offre était plus intéressante. Un coup du sort frappera AGATHODAIMON juste avant l'enregistrement de "Blacken The Angel" puisque Vlad en voyage dans son pays de naissance, la Roumanie, ne sera pas autorisé à revenir en Allemagne car l'ère de Ceaucescu étant abolie, les autorités estimèrent que le pays était sans aucun danger et que Vlad n'avait donc aucune raison de repartir en Allemagne. Après diverses tentatives non fructueuses pour tenter de le ramener en llemagne, ceux ci ont dû se résoudre à faire appel à d'autres musiciens pour le remplacer au chant et aux claviers. Ainsi, c'est Akaias d'ASARU qui le remplaça au chant et Marcel Vampallens de NOCTE OBDUCTA qui tint sa place aux claviers. "Blacken The Angel", en son sens littéral, voudrait dire "salir les anges", mais je crois surtout qu'AGATHODAIMON veut nous montrer avec ce titre et le contenu de l'album que les anges ne sont pas si parfaits que ça et qu'ils peuvent pêcher eux aussi. Ainsi même "les êtres de lumière" sont soumis à la tentation et au mal (ex : L'ange Loki de la religion chrétienne ou voire même pourquoi pas l'ange Lucié ou Lucifer pour les intimes mdr ;-) ).Et oui, rien n'est ni blanc ni noir mais tout est gris et nous, plus que les autres, nous le savons bien. En outre, il faut noter que l'imagerie d'AGATHODAIMON s'axe autour de tout ce qui est Gothique et artistique. "Blacken The Angel" s'ouvre avec "Tristetea Vehementa" de façon grandiloquente pendant les premières secondes puis on rentre dans le vif du sujet rapidement avec la voix Black ultramalsaine d'Akaias. Une voix d'ailleurs digne d'outre tombe. En effet, la voix D'Akaias peut même tirer sur le Death mais sans pour autant éclipser la voix Black comme sur "Die Nacht Des Unwesens". Une des caractéristiques majeures du groupe nous est révélée dès cette première chanson. En effet, AGATHODAIMON apprécie de jouer sur le tempo à l'intérieur d'une même chanson en plaçant des accélérations fulgurantes à certains moments passant ainsi d'un rythme qui peut être lent ou moyen à un tempo ultra rapide pour ensuite revenir au rythme de base. Des Motets apparaissent avec sur certaines chansons, la présence de la voix Black et d'une voix claire comme sur "Banner Of Blasphemy", mais ceux-ci peuvent aussi se manifester sous la forme d'une voix Black et d'une voix claire féminine notamment sur "Near Dark". En outre, AGATHODAIMON dévie un peu, du style de musique qu'il pratique généralement, sur "Ill Of An Imaginary Guilt" puisque celle-ci a un aspect Gothique qui ne passe pas inaperçu. Quant à "Contemplation Song" et à "After Dark", celles-ci possèdent un côté beaucoup plus folklorique à la limite du médiéval. Lesmusiciens sont excellents et carrés. Les solos de guitare sont à pleurer de bonheur. Gloire à Santhonys et Hyperion pour leur technicité démentielle qui ferait pâlir bien des gratteux qui se prennent pour des génies dans des groupes beaucoup plus connus dont je tairais les noms. Matthias (le batteur) peut être considéré un peu comme le chef d'orchestre. D'ailleurs, il est non seulement un formidable cogneur quand le besoin s'en fait sentir mais il sait également jouer tout en finesse. En fait, un batteur, ayant, ce talent, fait parti du panthéon des meilleurs batteurs du monde et c'est largement le cas pour Matthias. Quant aux claviers, il donne sa dimension symphonique au groupe tout en n'étant pas présent tout le temps. Ainsi, les claviers sont eux aussi utilisés à bon escient. En effet, comme je l'ai dit précédemment AGATHODAIMON pratique le Black Symphonique mais aussi le Black Mélodique comme sur "Stingher / Alone". Par le fait, les claviers sont donc absents lors des passages mélodiques. Et qu'en est-il des textes me direz vous ? Et bien je peux vous affirmer qu'AGATHODAIMON possède de vrais talents d'auteur. Si vous aimez les textes mélancoliques et sombres, vous allez vous régaler. AGATHODAIMON semble avoir bercé dans la poésie puisque leurs textes n'en manquent pas. Elle peut être certes perçue comme assez crue par moments mais est ce que Baudelaire écrivait des bleuettes ? Il me semble bien que non. Personnellement j'adore "Ill Of An Imaginary Guilt" qui comte une magnifique histoire d'amour des plus belles mais aussi des plus glauques entre un démon et un ange (ndlr : pour AGATHODAIMON, les anges sont de sexes féminins), mais ce texte peut très bien être transposé à une histoire d'amour classique entre un homme (ndlr : le démon) et une femme (ndlr : l'ange). AGATHODAIMON semble savoir joué des métaphores. Je n'aurai qu'un mot : SUPERBE ! Un autre texte qui m'a touché (ndlr : ils m'ont tous marqué mais il y en a quatre plus particulièrement ("Near Dark","Ill Of An Imaginary Guilt","Stingher / Alone","Ribbons / Requiem")) est "Stingher / Alone" montrant le spleen lié à l'automne et à l'Océan que l'on peut ressentir et où tout annonce notre mort prochaine. Mais je ne vais pas m'étendre plus longtemps sur les textes car il faut aussi que vous découvriez par vous-même cet album prodigieux et donc, par le fait, je me dois de garder un peu de mystère autour de ce petit bijou. Ainsi, "Blacken The Angel" est UN CHEF D'ŒUVRE à écouter sans modération, alors si vous ne le possédez pas encore foncez chez votre disquaire car il est encore trouvable pour l'instant mais nul ne sait pour combien de temps encore ! Je vous aurais averti !!! AGATHODAIMON…ou à un doigt de la perfection absolue.

Rincevent : 99% (Mai 2002)



Back