Diabolical Masquerade - "Death's Design"
Sweden - 2001 - Avantgarde Music - 42'53

1st MOVEMENT
1. Nerves In Rush
2. Death Ascends - The Hunt (Part I)
3. You Can't Hide Forever
4. Right On Time For Murder - The Hunt (Part II)
2nd MOVEMENT
5. Conscious In No Materia
6. A Different Plane
7. Invisible To Us
8. The One Who Hides a Face Inside
3rd MOVEMENT
9. ...And Don't Ever Listen To What It Says
10. Revelation Of The Puzzle
11. Human Prophecy
12. Where The Suffering Leads
4th MOVEMENT
13. The Remains Of Galactic Expulsions
14. With Panic In The Heart
15. Out From The Dark
16. Still Coming At You
17. Out From A Deeper Dark
5th MOVEMENT
18. Spinning Back The Clocks
6th MOVEMENT
19. Soaring Over Dead Rooms
7th MOVEMENT
20. The Enemy Is The Earth
21. Recall
22. All Exits Blocked
23. The Memory Is Weak
24. Struck At Random/Outermost Fear
25. Sparks Of Childhood Coming Back
8th MOVEMENT
26. Old People's Voodoo Seance
27. Mary-Lee Goes Crazy
28. Something Has Arrived
29. Possession Of The Voodoo Party
9th MOVEMENT
30. Not Of Flesh, Not Of Blood
31. Intact With A Human Psyche
32. Keeping Faith
10th MOVEMENT
33. Someone Knows What Scares You
34. A Bad Case Of Nerves
35. The Inverted Dream / No Sleep In Peace
36. Information
37. Setting The Course
11th MOVEMENT
38. Ghost Inhabitants
39. Fleeing From Town
40. Overlooked Parts
12th MOVEMENT
41. A New Spark - Victory Theme (Part I)
42. Hope - Victory Theme (part II)
43. Family Portraits - Victory Theme (Part III)
13Th MOVEMENT
44. Smokes Starts To Churn
45. Hesitant Behaviour
46. A Hurricane Of Rotten Air
14th MOVEMENT
47. Mastering The Clock
15th MOVEMENT
48. They Come, You Go
16th MOVEMENT
49. Haarad El Chamon
50. The Egyptian Resort
51. The Pyramid
52. Frenzy Moods And Other Odditites
17th MOVEMENT
53. Still Part Of The Design - The Hunt (Part III)
54. Definite Departure
18th MOVEMENT
55. Returning To Haarad El Chamon
56. Life Eater
57. The Pulze
58. The Defiled Feeds
19th MOVEMENT
59. The River In Space
60. A Soulflight Back To Life
20th MOVEMENT
61. Instant Rebirth - Alternate Ending

Line-up :
Blackheim : vocals, guitars & keyboards
Ingmär Döhn : bass
Sean C. Bates : drums
Dan Swanö : guitars & keyboards
Aag Selsfors : guitars
Patrik Selsfors : guitars
Orchestra :
The Maalten Quartet
Artieer Garsnek : violin
Jaak Gunst : violin
Heiki Schmolski : violin
Elmo Meltz : viola
Konstantin Uweholst : cello
Jaari Fleger : grand piano

Fort de 3 albums avec son projet DIABOLICAL MASQUERADE et décidé a continuer son chemin sur le principe d'une évolution constante, Blackheim s'offre un petit challenge et accepte de composer et d'enregistrer la bande originale d'un film, "Death's Design", dont cet album est, c'est l'ironie de l'histoire, l'unique trace. Passons le sujet cinématographique, qui, n'ayant jamais vu le jour pour des raisons financières, a permis au groupe de faire de cette excellente BO son 4e album, et a définitivement échappé à la catégorisation de navet auquel il était probablement destiné, et attaquons-nous directement au contenu musical des plus intéressants de cette nouvelle galette de la mascarade diabolique. Il faut tout d'abord noter la relative originalité de l'indexage, du nombre de titres présents et de la durée de chacun d'eux. Bande Originale oblige, inutile de s'attendre à de véritables morceaux. Chaque titre est une petite entité propre sensée décrire une scène du film, dont la longueur peut varier, sur une soixantaine de pièces, de 5 secondes à une minute trente. Chaque scène est constituée d'un ou plusieurs riffs, voir d'un ou plusieurs thèmes musicaux, développés dans le but de souligner des actions du film. Loin d'être décousu pour autant, le disque s'écoute d'une traite tel un seul et très long morceau. La variété des tissus musicaux n'est pas vraiment dérangeante, d'autant que certains thèmes reviennent plusieurs fois au cours de l'album. Au final cet indexage assez particulier est bien inutile car l'intégralité de ce "Death's Design" forme un tout complètement indissociable, à la manière d'un "Crimson" de EDGE OF SANITY auquel le comparse de toujours de Blackheim au sein de DIABOLICAL MASQUERADE, Dan Swanö, a évidemment participé puisqu'il en était le principal compositeur. Cette fois, Swanö ne se contente pas d'apparaître en tant qu'invité et producteur de l'album puisqu'il s'est investi dans la composition aux côtés de Blackheim. Cette collaboration apporte un nouveau souffle dont DIABOLICAL MASQUERADE avait très certainement besoin, l'influence du jeune génie suédois se faisant largement ressentir sur "Death's design", notamment au niveau de la richesse des arrangements et des mélodies omniprésentes, simples mais ultra accrocheuses. Aussi le style parfois un peu âpre et aride de DIABOLICAL MASQUERADE s'enrichit et évite les écueils de la redite et des passages quelques peu ennuyeux comme cela pouvait être le cas sur ses précédentes productions. Outre les évolutions mélodiques et l'excellence de chaque pièce sans exception, la nouveauté de "Death's Design" par rapport à ses grands frères réside dans l'utilisation d'un orchestre de cordes procurant à la musique une puissance et une texture sonore parfaite qu'aucun clavier au monde ne saurait reproduire. Ajoutez-y la collaboration de musiciens interprétants des solos de guitares sur de surprenantes mais sublimes petites parties très jazzy, et vous obtiendrez ce qui est de loin le meilleur album de DIABOLICAL MASQUERADE à ce jour. Les vocaux de Blackheim sont toujours aussi extrêmes, mais plus maîtrisés et bien mieux produits. Des interventions de voix claires allègent l'ensemble - le chanteur n'est pas mentionné et je n'ai pas reconnu la voix de Swanö - et apportent un peu de finesse en contrepoint des vocaux secs et virulents de Blackheim. Heavy, Black, Thrash, Symphonique, comme d'habitude les influences se mélangent et entrent en symbiose. L'efficacité de la formule est à son paroxysme sur "Death's Design", garantissant de nombreuses écoutes à qui saura apprécier ce déferlement de bonnes idées et ce résumé d'une grande partie ce que la scène Metal peut offrir de mieux. Ouverture d'esprit indispensable donc, mais ce 4e opus des suédois est tout de même très accessible comparés aux 3 autres. Reste à savoir si DIABOLICAL MASQUERADE n'a pas tout donné et si le groupe est capable de faire mieux et de se renouveler. Mais ceci est une autre histoire, un autre film peut-être.

Huggy : 95% (Septembre 2002)



Back