Diabolical Masquerade - "The Phantom Lodge"
Sweden - 1997 - Adipocere Records - 42'45

1. Astray Within The Coffinwood Mill
2. The Puzzling Constellation Of A Deathrune
3. Ravenclaw
4. The Walk Of The Hunchbacked
5. Cloaked By The Moonshine Mist
6. Across The Open Vault And Away...
7. Hater
8. The Blazing Demondome Of Murmurs And Secrecy
9. Upon The Salty Wall Of The Broody Gargoyle

Line-up :
Blackheim : vocals, guitars, bass, drums & keyboards
Additional Musicians :
Sean C. Bates : drums
Tina Sahlstedt : flutes
Marie Gaard Engberg : flutes
Ingmar Döhn : bass solo on #5
Dan Swanö : Heavy Metal vocals on #7
Roger Oberg : pagan shouts on #1

Loin d'être un "one-shot" destiné à vider les fonds de tiroirs des compositions de Anders Nyström alias Blackheim, le projet DIABOLICAL MASQUERADE prouve avec cet album que sa volonté de durer et de proposer du nouveau matériel est bien réelle. Doté d'une sublime pochette signée Jean-Pascal FOURNIER, qu'on ne présente plus, "The Phantom Lodge" s'inscrit droit dans la ligné de "Ravendusk In My Heart" sans une bribe d'évolution au niveau du contenu et du concept, sauf peut-être une production un peu meilleure et des morceaux un peu plus facilement accrocheurs que son prédécesseur. Pour le reste, la symbiose de Black et de Heavy qui constitue l'essence de la musique du groupe est globalement la même. "The Phantom Lodge" est donc, comme son aîné, un disque diversifié mélangeant ces deux styles pour un former un album au contenu variable et plutôt extrême dans son approche. Les vocaux de Blackheim, désormais facilement reconnaissables sont toujours aussi haineux et criards mais malheureusement assez monotones - ce qui en soit n'est pas vraiment un problème, le chant s'accordant toujours avec le ton de la musique. Une fois encore, maître Dan Swanö est de la partie à la production et en tant qu'invité sur un titre pour poser sa technique vocale sur un morceau très orienté Heavy, tout aussi poussif que celui présent sur "Ravendusk In My Heart". DIABOLICAL MASQUERADE se démarque cependant par son côté un peu plus mélodique que lors de ses premiers pas discographiques, par une utilisation plus fréquente d'arpèges de guitare en son clair, par l'intrusion parcimonieuse de flûtes, et une quantité non négligeable de passages sensiblement plus calmes. Néanmoins il est clair que Nyström n'a pas décidé de révolutionner sa formule. Du coup, il est peu probable que les auditeurs rebutés par "Ravendusk In My Heart" accrochent à celui-ci. Par contre, ceux qui ont particulièrement apprécié ce dernier, trouverons en cette cuvée 1997 de DIABOLICAL MASQUERADE, un album un soupçon plus mature. La galette recèle de petits bijoux de violence et de noirceur, à l'image de ces "Astray Within The Coffinwood Mill" ou encore le très brutal et mystique "The Walk Of The Hunchbacked", que n'auraient pas reniés les groupes du renouveau Black Metal norvégien du début des années 90. "Cloaked By The Moonshine Mist", lui, surprend par des passages mélodiques remarquablement arrangés, et constitue sans aucun doute la meilleure pièce de l'album. On trouve par ailleurs quelques riffs franchement sensationnels tout au long de l'album, mais malheureusement trop peu exploités à mon goût en comparaison avec des riffs plus médiocres mais trop présents, eux. De ce fait, le défaut majeur de "The Phantom Lodge", c'est qu'il tombe dans le même piège que "Ravendusk In My Heart", à savoir qu'il n'est pas aisé de trouver de repères et que la redondance de certaines parties entraînent quelques séances d'ennui pour l'auditeur. Mais ne nous trompons pas : malgré l'absence de ce "petit plus" qui fait les grands groupes, DIABOLICAL MASQUERADE impose sa très forte personnalité et offre une vision alternative de la musique extrême, gorgée d'influences issues de milieux tout autres. Et de toute évidence, le meilleur est à venir.

Huggy : 80% (Septembre 2002)



Back