Empyrium - "A Wintersunset…"
Germany - 1996 - Prophecy Productions - 48'53
1. Moonromanticism - 2'00
2. Under Dreamskies - 10'09
3. The Franconian Woods In Winter's Silence - 10'55
4. The Yearning - 8'41
5. Autumn Grey Views - 3'55
6. Ordain'd To Thee - 11'14
7. A Gentle Grieving Farewell Kiss - 1'59

Line-up :
Markus : vocals, guitars, bass, drums & percussion
Andreas : keyboards
Additional Musician :
Nadine : flute

EMPYRIUM pourrait se venter d'être réellement l'instigateur d'un style un peu paradoxal en soi, j'ai nommé le Black Metal Romantique (hein quoi ? c'est possible ça ? :)). Ça vous épate hein ? Je vois déjà une horde revendiquant n'écouter que du "True Black Metal" comme ils disent, se hisser contre ce groupe en le traitant de tous les noms et patati et patata et moi je dis : "STOP, passez votre chemin, vous n'avez rien à foutre là !!!". Très loin donc d'être assimilé à cette scène, à ses actions et à ses clichés, EMPYRIUM nous offre une très belle pièce douce et empruntée d'un certain mal de vivre très présent.
La première vocation du groupe est d'avoir voulu dédier son travail à notre puissante Mère Terre et à la beauté de la nature qui a très fortement inspiré leur art. Un délicat "SAVE THE PLANET !" se trouve même en première page du booklet. C'est ainsi que les intentions du groupe montrent bien la volonté de se démarquer d'une scène plus que saturée où "Hail Satan" & "Go Fuck Yourelf !" règnent en maître.
Après avoir posé les bases, je vais tenter d'analyser le contenu musical de cette ode, et ce n'est pas chose aisée tellement, l'originalité d'EMPYRIUM et sa personnalité en font un groupe totalement à part. Ce qui est clair, c'est que si vous cherchez du 250 BPM, je vous ouvre la porte car votre place n'est vraiment mais alors vraiment pas là. C'est même totalement l'inverse. le style que l'on pourrait qualifier de Black Metal symphonique assez dommy sur les bords, permet d'avoir un calme et une quiétude présente tout au long de l'album.
La production un chouilla roots, mais néanmoins assez propre permet d'apprécier la qualité des compositions à leur juste valeur. Les différents instruments et les voix sont mis en évidences de façon à ce qu'une parfaite homogénéisation soit de mise. La voix tantôt claire, tantôt très Black de Markus s'accorde parfaitement avec les mélodies. Pas toujours très juste, son charme en fait tout de même un atout conséquent.
Le clavier est, à mon goût, l'instrument le plus important dans la musique d'EMPYRIUM, c'est lui qui donne la trame aux morceaux, leur atmosphère respectives et un côté mélodique non négligeable. Ils sont entre autre responsables des côté dépressifs et très sombres de la musique du groupe. La flûte de Nadine aide un peu pour aller dans ce sens.
Les guitares sont également très palpable. Electriques ou acoustiques, leur présence et le jeu de Markus est presque la marque de fabrique du groupe. La manière dont il les utilisent montre la douceur et le romantisme que le groupe veut mettre en avant. Toujours, très calmes, elles s'harmonisent avec le reste pour que l'ambiance un peu magique qui en ressort rende le meilleur effet. Un côté quelque peu folklorique est aussi à dénoncer (ne pensez pas à FINNTROLL pour autant…).
La basse, également très présente, fait vraiment office d'instrument à part entière. Très loin de doubler les parties de guitares, elle a ses propres mélodies qui font que sa présence est réellement indispensable.
La multi-instrumentiste qu'est Markus se trouve également derrière les futs. Sa technique modeste et son feeling sont très suffisant pour accompagner le reste et donner ainsi un relief au tout beaucoup plus conséquent.
La symbiose parfaite entre tous les éléments qui constituent ce disque permet au groupe d'être l'inventeur d'un style et d'un renouveau, c'est trop rare…

Ben : 85% (Mai 2002)



Back